• Livraison offerte dès 50€
  • Retour gratuit sous 365 jours
  • Service client

Skateboards

(681 article(s))

Filtre 
Taille
Choisis une Taille:
Couleur
Choisis une Couleur:
Prix
    1. Choisis une marge de prix:
      de
      à
Marque
Choisis une Marque:
Pertinence
Pertinence

Sur ce site tu as déjà pu découvrir la petite histoire de la petite planche à roulettes que l’on nomme skateboard ou bien skate pour les intimes. Ok, petite est la planche mais elle rivalise depuis bien longtemps avec ses grands frères le snowboard et même le surf. Nous parlons ici de ces disciplines car il s’agit de notre spécialité. En effet, tu vas trouver dans notre boutique en ligne tout le matériel et les accessoires dont tu as besoin pour pratiquer l’une de ces disciplines et plus encore.

Le skateboard : un mode de vie

Le skateboard n’est pas un sport comme les autres. D’ailleurs, nombreux sont les skaters affirmant qu’il s’agit avant tout d’un mode de vie. En effet, la culture skate qui nous vient tout droit de Californie où elle a émergé il y a plus d’un demi-siècle, est pour le pratiquant un symbole de liberté lui permettant de s’approprier d’une manière créative l’espace urbain froid et déshumanisé. Un souffle de rébellion voire, d’insoumission au système (également froid et déshumanisé) transporte ainsi le surfer des villes d’une aire à une autre.

Puisqu’il s’agit d’un mode de vie, on y retrouve un style vestimentaire avec des codes précis et bien entendu aussi un vocabulaire dont voici un petit lexique. Lexique que nous compléterons ici et là sur d’autres pages présentant nos articles de skateboard.

Le lexique : le vocabulaire du skater

Si tu es sur cette page et que tu es en train de lire ce lexique c’est sans doute parce que tu n’es pas encore un initié et ce lexique va donc t’aider à t’y retrouver dans ce vocabulaire parfois un peu hermétique et totalement ésotérique. En effet, au départ, il faut un décodeur pour comprendre ce que les collègues sont en train d’expliquer ou de raconter. Alors, voici quelques définitions à retenir pour suivre plus facilement les conversations. Note que si tu parles un peu anglais cela va t’aider comme tu vas vite t’en rendre compte maintenant.

Skateboards

En fonction de ta pratique et de tes préférences (rue ou skatepark), tu es plutôt un streeter, c’est-à-dire que tu préfères t’exprimer directement dans la rue et sur le mobilier urbain (trottoir, balustrade, banc public…), ou bien tu es un ramp-rider et alors c’est plutôt sur la big-ramp ou le half-pipe que tu aimes t’éclater. Bon, s’éclater pour la big-ramp c’est vraiment le mot. Il faut réellement avoir le cœur bien accroché pour s’élancer et ne pas avoir peur du risque de la chute ni de la casse. Mais bon, en ville aussi le risque est bien sûr bel et bien présent. D’où l’importance, du moins au début de ta pratique, de prévoir les bonnes protections : casque, gants, genouillères, coudières et même protège dents… Bon là j’exagère un peu, quoique vu le sourire ravagé (et non plus ravageur) de certains potes à la fin d’un jam, je me dis que même si une battle de jump ne se déroule pas sur un ring, il est quand même possible de manger (et plus seulement rayer) le parquet ou d’embrasser goulûment le béton à pleine bouche. Donc, si tu es un débutant, il convient d’apprendre à te protéger correctement et à pratiquer avec le maximum de sécurité possible.

Tu veux savoir ce qu’est un jam ? Il s’agit d’une battle, c’est-à-dire d’une rencontre informelle opposant plusieurs riders sur une aire.

D’autre part, il est bon de savoir que la position de tes pieds va te donner un nom particulier. Ainsi, si ton pied droit est à l’arrière de la board (la planche), tu es un régular ou un frontside (un droitier quoi). Et si c’est ton pied gauche qui est à l’arrière, alors tu fais partie des gouffies (ou backside = gaucher).

Parlons à présent des quelques tricks (des figures) les plus connues. Et pour commencer, présentons ici le fameux ollie, un saut basique inventé par Alan Ollie Gelfand à la fin des années 70. Pour le réaliser il faut agir sur le tail c’est-à-dire l’arrière de la board afin de faire monter le nose soit l’avant du skateboard. Puis il faut appuyer avec son pied avant tout en montant les genoux ce qui doit au final faire décoller l’arrière de la planche et donc permettre un saut pour ensuite passer certains obstacles. Du moins lorsque la technique est maîtrisée. Notons qu’il existe aussi le switch ollie (on tape le nose en roulant en switch avec les pieds inversés), le 180 ollie (réalisation d’un ollie avec une rotation de 180 dégrés sur l’axe vertical), le 360 ollie (que l’on nomme aussi le flip ollie qui impose au skateboard une rotation de 360 degrés sur l’axe vertical) ou encore ou le fakie ollie  (réalisation d’un ollie en roulant à l’envers).

Autre figure connue le grind. Il s’agit là d’une figure de slide (de glisse) à réaliser sur les trucks (essieux) de la board en contact direct avec un rail par exemple.

Voilà, tu en sais déjà un peu plus sur le skateboard et nous t’invitons à découvrir les skateboards de cette page ainsi que les autres pages de notre site Internet pour t’informer encore davantage sur ta passion.